Préservation des milieux aquatiques : lutte contre la prolifération des ragondins

Dans le cadre du CTMA (Contrat Territorial Milieux Aquatiques) Creuse aval et de son programme pour restaurer la qualité écologique des milieux aquatiques sur le bassin versant de la Creuse et de ses affluents, la Communauté d’Agglomération du Grand Guéret a prévu une action de lutte contre la prolifération des ragondins avec la mise à disposition de pièges de catégorie 1.

Objectif : réduire les nombreuses nuisances occasionnées par ces animaux : érosion / effondrement de berges, dégradation de la ripisylve, destruction d’habitat (perte de biodiversité), risque sanitaire (vecteur de maladie), dégâts sur les cultures…

Rappelons que le ragondin figure dans le groupe 1 des espèces nuisibles.

Toute l’année, il peut être piégé en tous lieux (seuls certains pièges nécessitent un agrément), ou bien détruit à tir ou déterré par un titulaire du permis de chasse validé pour l’année, tout en respectant des conditions indispensables, à savoir :

  • avoir l’accord du propriétaire du terrain,
  • être à moins de 200 m d’un cours d’eau/plan d’eau (sauf pièges de cat.1).

Concernant la fourniture des pièges

Le Grand Guéret est en mesure de fournir des pièges qui ne nécessitent pas d’agrément (pièges de 1ère catégorie). Il s’agit de cages-pièges ou boîtes à fauves, qui capturent l’animal vivant dans un espace sans le retenir par une partie du corps. Ainsi, toute capture accidentelle d’une autre espèce permet de la libérer sans dommage.

Ces pièges peuvent être mis à disposition (à l’aide d’une convention) des riverains volontaires, piégeurs, associations de chasse… sur l’agglomération (uniquement sur les communes concernées par le CTMA Creuse).

Attention ! Une déclaration en Mairie (d’une validité de 3 ans) est l’une des conditions réglementaire d’utilisation.

Concernant les méthodes de piégeage

Avant la pose de pièges, le piégeur doit s’assurer d’une présence et d’une activité de ragondins : observations visuelles (déjections, terriers), dégâts environnants, empreintes…

Les pièges peuvent être installés sur ou en bord de berges, légèrement dans l’eau ou sur un passage d’animaux.

Pour favoriser l’attractivité des pièges, des appâts peuvent être ajoutés : carotte, pomme, maïs…

Il est nécessaire de suivre précisément les recommandations d’usages qui respectent la réglementation suivante :

  • Relevage des pièges tous les matins (au plus tard à 12 h),
  • Port de gants de protection indispensable avant toutes manipulations,
  • Mise à mort rapide et sans souffrance : arme à feu ou arme blanche (selon la législation), étourdissement…
  • Elimination des cadavres par équarrissage ou enfouissement (40 kg maxi).

En cas de capture d’animaux non cibles, le piégeur doit relâcher les animaux.

ATTENTION à ne pas le confondre avec le castor qui a une grosse queue plate.

 

Pour tous renseignements, veuillez contacter la technicienne rivière de la Communauté d’Agglomération du Grand Guéret, Anne FERANDON, par mail à anne.ferandon@agglo-grandgueret.fr / services.techniques@agglo-grandgueret.fr ou par téléphone au 05 55 41 02 04.